Approche-toi et pose une épaule sur mon torse
Ta joue sur ma peau vient m’irriguer le cœur
Mi-clos ton regard pour remonter le temps
Ouvre les pages de vieux souvenirs qui ravivent ma mémoire
Le temps rappelle que les jours sont du sable
Entre nos dix doigts la vie semble une étape
Revois les images quand tu roulais dans l’herbe
Et vois l’enfant comme toi qui courait les deux fesses à l’air
Ouidah m’a connu peu après un divorce
Semblait si belle vu du Benin, la France ou j’étais né
Les tartines au beurre dans le café du pauvre
Chicorée Leroux pain au camembert mou
J’ai pas eu d’frère ni connu d’père
L’amour en guise d’éducation m’a donné des repères
La distance met d’la puissance, tu sais
Et donne aux souvenirs une existence plus vraie

Refrain
Regarde à travers moi (flashback)
Le temps se joue de tout, de nous… même (flashback)
Si l’on ne se connaît pas ferme donc les yeux et écoute moi girl
Regarde à travers moi (flashback)
Le temps se joue de tout, de nous… même (flashback)
Si l’on ne se connaît pas ferme donc les yeux et écoute moi, girl

Dis, c’est quoi pour toi devenir intime, dis ?
À quoi tu penses quand la lumière fuit ?
Pourrais-tu m’dire quel en serait le prix ?
Ma première cuite, Mon premier stick ?
J’aimerais t’emmener où la peur cesse
Là où la liberté a d’autre odeur que weed et goût de sexe
Vas-y, envoie-moi visiter l’école
De Bobigny jusqu’au pont de Sèvres à Boulogne
Des rimes aux premières primes
Rapper chez Zox, Melopheelo et Dany qui sonne
C’est comme un vieux son que l’on aime passer
Qu’est-ce qui fait les sages sûrement pas l’passé
Mes potes PH Farid Emilie, les autres
Un mélange me prend la mémoire et les images abondent
J’revois ce temps comme si revivait le monde
Quand dans mes trips j’ressent des piques mes deux yeux s’inondent

Refrain

Le temps nous rappelle bien plus vite que l’on souhaite
Que la vie est courte et parfois même injuste
Le temps nous ment pour éviter les rides
Cesse d’avoir peur et rapprochons-nous
Toi et moi qu’on kif
J’ai perdu bien des fois le goût de sourire
Comme quand j’ai vu tomber Daniel ou Freddy partir
La mort met KO comme un coup de poing au ventre
Et l’absence d’amis présents me fait douter des gens
Approche de moi et revois d’où je vois viens
Rappelle-toi mes peines et joies sont des biens
J’aimerais te laisser bien plus qu’une impression
Ferme donc les yeux prends ma main et partons

Paroles : Kohndo Assogba / Rony
Musique : Yann Massoubre / Kohndo Assogba
Arrangement : Nicolas Liesnard

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

You may use these HTML tags and attributes:

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>